dimanche 10 décembre 2017

Une petite histoire de la ludification

L'Homme aime le jeu. On le sait depuis de début des temps. A Rome, le poète satyrique Juvénal invente à la fin du 1er siècle de notre ère, la fameuse formule "du pain et des jeux"...

De l'Homo Ludens, à l'employé du mois, en passant par les miles


Déjà, dans l'Antiquité, les jeux doivent divertir le peuple des crises économiques et sociales. En 1955, l'historien néerlandais Johan Huizinga, est le premier dans son oeuvre "Homo Ludens" a analysé la fonction sociale du jeu. Il y met en parallèle la technique, le public et la propagande. 25 ans plus tard, émerge le système des miles qui fait consommer et fidélise les clients des compagnies aériennes et des supermarchés notamment. C'est à cette époque qu'explose l'industrie des jeux vidéo qui touche des centaines de millions de personnes. Les professionnels américains du marketing franchissent alors une nouvelle étape à la fin des années 2000 avec le concept de gamification (ludification). En pleine crise financière, pourquoi ne pas organiser les services et le travail sous la forme du jeu. Le fameux "du pain et des jeux" antique s'est transformé en "des jeux pour gagner sa croûte". Certains comme la chercheuse américaine Amy Jo Kim, s'interrogent aujourd'hui sur le bien-fondé de cette ludification de l'entreprise. Et si elle était contre-productive ? Aux Etats-Unis où les valeurs puritaines ou néo-calvinistes pèsent de tout leur poids, mais aussi plus généralement dans le contexte néo-libéral, il y a cette idée fondamentale selon laquelle l'être humain, par le fait qu'il est productif, produit de la valeur. Ce système de croyance est tellement dominant que nous sommes socialisés en ce sens. Si bien qu'il n'est plus convenable pour un adulte de prendre plaisir à faire des choses gratuitement. Un adulte n'a le droit de jouer qu'à condition que cela soit bon pour sa santé, parce que sa productivité en sera augmentée. Il peut aussi jouer avec ses enfants parce que c'est utile à leur éducation ou jouer parce que c'est utile au bon fonctionnement des réseaux sociaux. L'élection du meilleur employé du mois existe encore aujourd'hui aux Etats-Unis. Là-bas, quand on va au supermaché, on peut voir affichées des listes à points interminables : il s'agit de listes hebdomadaires avec le nom des caissiers et le nombre d'articles à la seconde qu'ils ont bipés en caisse. On élit alors l'employé de la semaine ou du mois qui a bipé le plus d'articles et celui-ci reçoit une récompense. Cette pratique est encore courante aujourd'hui. Et une des raisons pour laquelle la ludification s'est implantée aux Etats-Unis et dans la vie active, c'est que le concept même de ludification correspond aux pratiques existantes et à la façon de penser.

Arnaud Druot

Auteur et éditeur

Arnaud Druot est le fondateur de Viralbooster. Spécialiste de la gamification(ludification), Arnaud est également rédacteur web.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire