mercredi 13 décembre 2017

Comment "gamifier"(ludifier) l'éducation ?

On a tous entendu parler des cartes à jouer Magic, Dragon Ball Z, Pokémon si chères aux enfants... Et si ces cartes et héros recelaient un trésor caché pour l'éducation ? 

Apprendre des héros et des cartes à jouer de nos enfants 


Les enfants adorent s'identifier à un personnage. Qu'il s'agisse d'un magicien, d'une guérisseuse ou encore d'un dresseur de Pokémon, ou pour parler mangas, à Sangoku, Vegeta et plein d'autres personnages fantastiques de l'univers Marvel ou Comics : Superman, Batman, Spider-Man, Wonder-Woman, Le Joker, Magnéto... etc. Ils peuvent ainsi choisir un personnage parmi les "gentils" ou les "méchants". C'est ce qu'on appelle un avatar : un personnage virtuel représentant un joueur (en l'occurrence : l'enfant) sur internet, dans les jeux vidéo et dans le monde physique, avec notamment les cartes à jouer. Le choix du personnage est central et les enfants peuvent choisir alternativement un "gentil" ou un "méchant". D'ailleurs les personnages dits "méchants" ont parfois autant la cote que les personnages dit "gentils". Et les enfants ne sont pas manichéens : ils savent pertinemment qu'il y a du bon dans le "mauvais" personnage et du mauvais dans le "bon" personnage. Le point commun de tous ces super-héros : les super-pouvoirs ! En effet, le quotidien des enfants à l'école ou à la maison n'est pas toujours rose : familles monoparentales, rythme de vie soutenu et parfois même harcèlement, violence et isolement. Les enfants ont donc besoin de l'imaginaire pour s'évader d'une vie parfois trop prosaïque imposée par les adultes. Par ailleurs, les enfants aiment se défier dans un contexte ludique. Le jeu symbolique favorise l'engagement et la motivation des enfants. La gamification (ludification), c'est justement s'appuyer sur les techniques et mécanismes du jeu dans un contexte qui n'est pas tout à fait ludique, comme l'éducation. Même si de gros progrès sont à l'oeuvre en terme de ludicisation de l'enseignement. Mais comment fonctionne ces cartes à jouer ? Les professeurs des écoles (qu'on appelait avant "instituteurs") utilisent tous une forme de récompenses : le traditionnel bon point, le bonnet d'âne (il n'y a pas si longtemps que cela), un petit bonhomme souriant en cas de bon travail ou de bon comportement ou un bonhomme faisant la tête pour sanctionner une attitude négative ou un travail bâclé... Mais il ne s'agit que d'exemples car beaucoup de professeurs rivalisent d'ingéniosité pour récompenser leurs élèves. Et puis il y a la traditionnelle note qui vient sanctionner ou récompenser le travail de l'élève. D'ailleurs, la notation est de plus en plus remise cause par les chercheurs en sciences de l'éducation et les éducateurs eux-mêmes. Un système de récompenses et de sanctions, c'est aussi la base du jeu. Il faut des règles claires et bien définies pour que l'enfant se sente engagé et motivé. Mais comment aller au-delà de la traditionnelle note et du bon point pour trouver un système de sanctions-récompenses efficace ? L'exemple des cartes à jouer et des jeux vidéo est excellent dans ce sens. D'ailleurs, on se demande souvent si les jeux vidéos rendent idiots (?)... Rien n'est moins sur... Mais revenons à nos moutons ou plutôt à nos cartes à jouer. Quel est le principe ? Il s'agit des points et plus précisément des points d'expérience (xp) ou points de vie et des niveaux (level). En effet, après avoir choisi leur personnage le joueur (l'enfant) le fait évoluer en fonction de ces interactions avec les autres personnages et de ses actions dans le jeu. Il réalise un accomplissement et il gagne des points d'expérience. Il manque un objectif et il perd quelques points d'expérience ou de vie. Une fois atteint un certain niveau de points, il atteint le niveau supérieur. Ce qui fait évoluer son personnage. Exemple dans Dragon Ball Z avec le Sayan qui devient un Super Saiyan par transformation. Ou pour prendre l'exemple du Seigneur des anneaux, Gandalf le gris qui devient Gandalf le blanc après avoir affronté et battu le Balrog... 

Regardez la vidéo de Gandalf le Blanc et gagnez 25 pts !


Il s'agit là d'une évolution et d'une récompense ultime. Ainsi en faisant évoluer un personnage à travers des accomplissements, l'enfant se sent valorisé et motivé à faire progresser encore plus son personnage. Mais comment mettre cela en place dans une salle de cours ? Tout d'abord, je crois qu'il ne faut pas hésiter à prendre des personnages de fiction que les enfants aiment bien ou à en inventer si vous avez de l'imagination. On peut par exemple proposer trois ou quatre personnages aux enfants qu'ils devront sélectionner : c'est la phase du choix de l'avatar. Et ensuite, choisir un nombre de points à attribuer pour les actions des enfants : 25 pts pour une bonne réponse à l'oral, 100 points pour une dictée sans trop de fautes... Et on peut aussi sanctionner et valoriser les mauvais comportements : +25 pts pour un bon comportement et - 25 pts pour un mauvais comportement (en plus cela fait travailler le calcul mental )... Pour les niveaux : on peut faire évoluer le personnage (avatar) sur par exemple 30 niveaux de jeu. Un niveau correspondant à un nombre de points à atteindre. Exemple : 250 pts pour atteindre le premier Niveau (débutant), 1000 pts pour le second niveau (apprenti)... Et 500 000 pts pour atteindre le 30ème niveau à la fin de l'année scolaire, par exemple. Les niveaux peuvent être par exemple appelés : débutant, aspirant, motivé, forgeron, expert, porte-parole..., légende pour le dernier niveau ! Avec une petite histoire racontée pour chaque niveau. Exemple : "tu as bien progressé dans le jeu, grâce à tes accomplissements exceptionnels te voilà Apprenti !" Bien-sûr ce système de ludification par les points, les niveaux et les avatars nécessite un suivi assidu de l'éducateur. Et il n'est pas nécessaire de l'utiliser tous les jours. Plutôt les jours où les enfants sont moins motivés par exemple en fin de semaine. Tout cela, au profit d'un meilleur engagement et d'une plus grande motivation de l'élève. Qu'en pensez-vous ?

Arnaud Druot

Auteur et éditeur

Arnaud Druot est le fondateur de Viralbooster. Spécialiste de la gamification(ludification), Arnaud est également rédacteur web.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire